SMS

Avancée des travaux du Dojo : simplicité et écologie

Environnement - Sport

 

 

Mercredi 10 avril, l’architecte Ysabelle Roustan de l’agence Archytecta a conduit une visite du chantier du Dojo, à Mazan. Elle a présenté les structures apparentes du bâtiment : la charpente, les murs en ossature bois, les pare-pluie (noir) et les pare-vapeur (argenté).

Pare-pluie et pare-vapeur sont chargés d’assurer l’étanchéité et l’isolation du bâtiment. L’ossature bois a, selon elle, plusieurs avantages. Le premier, et non des moindres, est de faire un chantier propre. Il y a très peu de déchets, pas de tas de sable ou de gravier. L’entreprise, sur place, ne fait que de l’assemblage, tout est pré-fabriqué en atelier. En outre, les chutes ou les matériaux non utilisés sont recyclables. Le chantier est donc écologique.

Le bois maintient facilement une température agréable à l’intérieur du bâtiment. L’isolation sera faite avec de la laine de roche et le chauffage assuré par une chaudière au gaz. La toiture est prévue en bacacier, recouverte d’un liner couleur sable. Le sol est une dalle de béton brut quartzé, sans autre transformation. Ce sont les tatamis qui assureront la souplesse et le confort attendu pour la pratique des arts martiaux.

Les panneaux de bois composite qui restent visibles ne recevront pas non plus de traitement spécifique. Ils vieilliront et se patineront, sans nécessiter d’entretien. L’innovation de la conception du bâtiment est le partage possible des vestiaires et des sanitaires, avec d’autres utilisateurs extérieurs, sans ouvrir le bâtiment principal.

Le local de rangement est également accessible de l’extérieur. Une terrasse en bois bordera le bâtiment. La surface au sol du Dojo est de plus 600 m2, avec deux aires de combat, une emprise au sol légèrement supérieure (730 m2) et une hauteur maximale de 5,44 m. Parfaitement inséré dans son environnement, il ne fait pas obstacle à la vue sur le Ventoux. Son implantation a été choisie en face du Cosec Léonce Barras, afin de mutualiser les réseaux et les infrastructures (parkings, voie d’accès, gestion des eaux usées et pluviales, etc). Les travaux devraient s’achever au dernier trimestre 2019.