SMS

Le compteur Linky... Etes-vous au courant ?

Environnement - Économie

Réunion publique sur les compteurs Linky en mairie mardi 11 septembre 2018 à 18h

Suite à la demande de M Clapaud en conseil municipal, de constituer une commission chargée de faire le point sur le nouveau compteur, le Maire lui en a confié la présidence. Quatre élus –Mme Dupille, M Guerin et M Megel- se sont joints à lui et le groupe a travaillé, en toute liberté d’expression, dans une réflexion courtoise et respectueuse des opinions parfois divergentes.

Le compteur Linky s’inscrit dans la loi de transition énergétique, s’impose malgré une partie de l’opinion publique, l’amendement déposé par une sénatrice pour le rendre optionnel ayant été rejeté. Aucune sanction n’est prévue par la loi pour un refus de Linky. Les membres de la commission regrettent qu’ENEDIS n’ait pas donné suite à leur demande de rencontre. M Guérin a néanmoins obtenu, à titre personnel, un entretien téléphonique avec Mme Conil, de l’échelon départemental.

Il faut rappeler que le compteur est propriété de la commune.

Où en est-on des installations ?

L’Allemagne a choisi de ne pas mettre en place Linky pour les contrats entre 3 et 6 kVa. Le Portugal, la Lettonie, la République tchèque l’ont refusé. Actuellement, 100M de compteurs sont installés un peu partout en Europe, l’Italie, l’Espagne et l’Europe du nord en sont équipés, comme de nombreux départements français (11M en France).

Electro-sensibilité : l’impact sanitaire

Il n’est pas prouvé que les ondes électromagnétiques soient inoffensives pour la santé car le rayonnement est permanent. Les compteurs sont en liaison avec les concentrateurs. La fréquence est alors comprise entre 63000 et 90000Hz. Aujourd’hui elle est comprise entre 50 et 175Hz. En juin 2011, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) souligne la nécessité d’installer un filtre. Recommandation non suivie d’effet. Va-t-on vers un scandale sanitaire de plus ? L’ANF (Agence Nationale des Fréquences) a mesuré les courants porteurs en ligne : fer à repasser 120V/m, sèche-cheveux 80V/m, compteur 0,1V/m. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en reconnaît les symptômes mais ne les attribue absolument pas à l’exposition aux champs électromagnétiques (champ Linky inférieur aux champs WiFi, micro-ondes…). L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) déclare aussi quant à elle qu’il n’y a pas danger, « les émissions sont largement inférieures aux valeurs limites d’exposition ».

L’atteinte à la vie privée : collecte des données

Les données et les profils peuvent être utilisés à de nombreuses fins y compris marketing. Les données enregistrées dans le compteur ne sont pas effaçables et donc accessibles au remplaçant de l’usager initial. Le système (Linky, concentrateur, réception des données) peut faire l’objet de piratages. Au vu des données enregistrées, la CNIL impose l’accord de l’usager pour l’utilisation des données. Depuis ce 25 mai, le RGDP (Règlement Général de la Protection des Données) interdit l’utilisation commerciale des données personnelles.

Coût de l’opération pour l’usager ? Le compteur va entraîner une hausse des prix.

Selon la Cour des Comptes, l’installation de 39M de compteurs en France d’ici 2024 nécessite un investissement de 5,7 milliards. La Cour estime que le coût est peut-être avantageux pour ENEDIS (Filiale d’EDF), mais rappelle que le financement de 130€ par appareil est assuré par les usagers, avec « différé tarifaire au coût excessif » avec un bénéfice estimé à 506 M. Enedis dément. La loi de transition énergétique intègre la baisse relative du nucléaire au profit du renouvelable, ce qui génèrera automatiquement une hausse du coût de l’énergie. En Allemagne, par exemple, le courant est quasi 2 fois plus cher que chez nous. ENEDIS prétend aussi se payer en réduisant de 11 à 3M le nombre d’interventions auprès des usagers grâce aux opérations à distance. Rappelons que la Cour stigmatise le lourd déficit d’EDF (plus de 45 milliards).

Les compteurs sont difficilement recyclables : l’Impact écologique.

Les compteurs actuels, en bon état, ont une durée d’utilisation de 60 ans. Pourquoi les remplacer par les nouveaux dont la durée de vie est estimée à 10 ans ? Aux Linky s’ajoute le recyclage des concentrateurs (1 pour 50 compteurs). Les anciens compteurs, métalliques à plus de 95 %, ne posent sur le plan technique, aucun problème de recyclage.

Bénéfice consommateur

La Cour des Comptes estime que « le système n’apportera pas les bénéfices annoncés » pour « la maîtrise de la demande d’énergie », en l’état actuel. Le nouveau compteur doit permettre à chacun de comprendre sa consommation, de la réguler en fonction de ses besoins pour au final essayer de la limiter. Ainsi, en Espagne déjà, un distributeur propose à ses clients de fixer eux-mêmes leurs heures creuses.

Incidents constatés

De nombreux témoignages ont été relayés par les médias et les réseaux sociaux : perturbations d’appareils électroniques, box de téléphone, ouverture des portes, incendies… Des compteurs disjonctent. Aucune compagnie d’assurances ne prend en charge les dégâts occasionnés par les ondes électromagnétiques. Comme toute nouveauté technologique- c’est une constante sociologique à laquelle Linky n’échappe pas tout au moins en France, les éventuelles dérives sont mises en avant et entretenues. Linky offre moins de tolérance au dépassement du contrat souscrit. Il mesure de façon plus précise la consommation, poussant ainsi l’usager à mieux gérer son contrat (heures pleines/ heures creuses).

La communication d'Enedis

Elle est double, tantôt obligatoire, tantôt non, dans ses interventions dans les médias, mais sur le terrain on force la pose. Pas de communication transparente, le discours actuel n’est plus celui de 2016…des intimidations. Effectivement une communication discutable d’ENEDIS, lequel rétorque que l’information Linky est compliquée dès lors que les participants aux diverses réunions sont exclusivement des opposants… L’association des Maires de Vaucluse évoque la difficulté : « cette question est d’autant plus difficile qu’elle ne relève pas de nos compétences, les compteurs faisant partie du domaine de distribution publique d’électricité et relevant de la responsabilité du concessionnaire ENEDIS qui les exploite sur le territoire communal ».

Et en bref

Linky : un appareil globalement inutile, intrusif, coûteux, dangereux au service d’une société du « tout connecté » que l’on veut nous imposer. Engagements idéologiques, faits mesurables publiés par les organismes officiels reconnus, chacun se forge ses choix et ses opinions… sur ce nouvel équipement de discorde…