Handball le hasard merveilleux

Loisirs - Culture

Un événement est parfois si inattendu qu'il en devient magique. Les grands illusionnistes appellent ça le hasard merveilleux...

Infos pratiques

Un hasard merveilleux ramène Sylvie, entraîneur de l’équipe de handball féminine d’Aubervilliers, dans sa ville natale : Constantine en Algérie, ville qu’elle a dû quitter encore petite fille, en 1962, à la fin de la guerre. Son passé la rattrape, faisant ressurgir des blessures enfouies, des rires et des pleurs qu’il a fallu cacher. Un monde magique s’ouvre à nous, un monde où les morts apparaissent, où les objets parlent, où les rêves, les souvenirs et la réalité forment une étrange alchimie.

Cette pièce est inspirée de l’histoire d’exil et de retrouvailles vécue par l’actrice.

Texte de Jean-Christophe Dollé nominé aux Molières 2014 et lauréat d’une bourse Beaumarchais de la SACD
Mise en scène Laurent Natrella, sociétaire de la Comédie française
Avec Brigitte Guedj
Magie nouvelle Compagnie 14 :20, Arthur Chavaudret
Lumières Elsa Revol
Accessoires et costumes Delphine Brouard assistée de Mathis Brunet-Bahut
Création sonore Dominique Bataille
Technicienne plateau Anne Didon
Crédit photos Christophe Raynaud de Lage

Dans la presse

« Le titre de la pièce de Jean-Christophe Dollé Handball, le hasard
merveilleux, mise en scène par Laurent Natrella, s’inspire d’un
terme propre au monde des illusionnistes : le hasard est merveilleux
lorsqu’il s’agit d’un fait possible mais improbable. Le ressort théâtral
qu’est le hasard ainsi justifié, l’invraisemblable peut se produire : Sylvie,
l’entraîneuse de l’équipe de hand d’Aubervilliers revient pour un match
à Constantine que sa famille a dû quitter en 1962 à la fin de la guerre, y
retrouve sa tante perdue de vue, mais aussi des souvenirs tendres ou
terriblement tristes d’une éducation à la claque. Le match catastrophique
au départ est le début d’une entente entre les peuples, initiant une
réconciliation où les êtres ne se définissent plus par leurs appartenances
religieuses, mais par le simple fait d’appartenir à l’espèce humaine, pouvons-nous y
croire ? Comme nous en avons envie ! Match prévu en 2030 !
Seule en scène, dans les subtils effets d’ombre et de lumière des magiciens de la Cie 14:20, Brigitte Guedj irradie. Sa présence lumineuse semble capable de transformer le monde, de le débarrasser des étroitesses et des préjugés. Utopie ? Vive le merveilleux ! »
MARYVONNE COLOMBANI  Zibeline n°109 juillet-sept 2017

« Une comédienne pleine de talent et de conviction. Le public qui se presse au théâtre du Cabestan et qui ressort conquis par ce spectacle démontre que le prix de la bourse attribuée au texte de Jean-Christophe Dollé par la Fondation Beaumarchais lui a été décerné à juste titre. » Blog Médiapart

« Un texte fort, un message d’espoir et de conviction pour demain. A ne pas manquer. » I/O Gazette

« Brigitte Guedj est dynamique, battante, drôle, sensible, extrêmement émouvante et attachante dans ce plaidoyer contre les dérives religieuses de tous bords, contre la haine et l’intolérance. » Le théâtre côté cœur

« Un texte d’un humour et d’une profondeur incroyables. Une invitation à rêver l’impossible et un hommage immense, qui met les femmes en valeur et parle d’égalité et de tolérance. » Vaucluse matin

Galerie photos